Mortalité accidentelle

Dans un premier temps, l'O.G.M. s'était focalisé sur une seule cause peu connue, mais importante de mortalité accidentelle : les collisions avec certains équipements des stations de ski. L'inventaire des câbles aériens dangereux pour les galliformes de montagne et le suivi de leur visualisation ont été réalisés entre 2000 et 2004 et sont mis à jour annuellement depuis 2007 sur les Alpes et les Pyrénées. L'inventaire des clôtures dangereuses pour les galliformes et le suivi de leur visualisation, réellement initiés en 2009 dans les Pyrénées, sont bien avancés.

Ces enquêtes aident les gestionnaires des domaines skiables, forestiers et pastoraux à réduire ces risques de mortalité et à le faire savoir. Ces programmes permettent de répondre à la question : Que sait-on des causes de mortalité accidentelles ?

Mortalité par collision dans les câbles aériens des remontées mécaniques

Depuis sa création en 1992, l'O.G.M. a répertorié les cas de collision de galliformes mortalite1dans les câbles dont ses partenaires pouvaient avoir connaissance occasionnellement. Pour mieux cerner l'importance de ce problème, un inventaire systématique a été réalisé entre 2000 et 2004 par les différents partenaires de l'O.G.M. sur les 225 domaines skiables des Alpes et des Pyrénées. L'ensemble des infrastructures servant à la pratique du ski (téléskis, télésièges, ...) et à l'entretien des domaines (CATEX) a été considéré. Cette enquête a permis de réunir les informations suivantes : exploitant, nature et identification de chaque équipement du parc de remontées, localisation et caractéristiques des tronçons sous lesquels des cadavres d'oiseaux ont été observés (longueur, amplitude de la nappe de câbles, ...) et importance de la mortalité constatée (espèce, nombre de cas). Une mise à jour annuelle permet, depuis l'enquête initiale, d'actualiser les données collectées.mortalite3

Des cas de mortalité d'oiseaux par percussion dans les câbles ont été signalés sur 137 des 225 stations.
Sur l'ensemble des stations, 835 cadavres d'oiseaux ont été découverts sous 764 portions de câbles appartenant à 467 infrastructures. Ces nombres sont, bien évidemment, à considérer comme des minima sachant que seule une infime partie des oiseaux morts est retrouvée (tous ne tombent pas à l'aplomb des câbles, les prédateurs font rapidement disparaître les cadavres, en dehors de la saison de ski les passages sous les infrastructures sont moins réguliers et la végétation au sol rend plus difficile la découverte des restes d'oiseaux...). Impliqués dans 74 % des cas de collision, les téléskis apparaissent comme les infrastructures les plus dommageables pour l'avifaune. Tous les galliformes subissent des pertes par collision dans les câbles (144 cas de lagopède, 38 de bartavelle, 35 de perdrix grise) mais les espèces qui paient le plus lourd tributmortalite2 aux remontées mécaniques, et aux téléskis en particulier, sont le tétras-lyre dans les Alpes (476 cas) et le grand tétras dans les Pyrénées (68 cas).

Mortalité par collision dans les clôtures

mortalite4L'idée de mettre en place un inventaire des cas de mortalité dus à des clôtures (pastorales, forestières ou protégeant des captages d'eau) a émergé dès la décennie 1990-1999. Mais l'inventaire des clôtures dangereuses n'a réellement débuté qu'en 2009. L'ensemble des partenaires de l'O.G.M. y a participé.

A ce jour, on recense 289 clôtures dangereuses (Pyrénées atlantiques : 37, Hautes-Pyrénées : 87, Haute-Garonne : 66, Ariège : 37, Aude : 9, Pyrénées orientales : 53) et 19 cas de mortalité. Les clôtures peuvent être équipées de systèmes de visualisation pour réduire les risques de collision. Plusieurs types de visualisation ont été mis en place, inspirés du modèle écossais (plaquettes en métal) ou du modèle américain (plaquettes en plastique).

Au total, 38 clôtures ont été visualisées sur le massif des Pyrénées (Pyrénées Atlantiques : 3, Hautes-Pyrénées : 14, Haute-Garonne : 21). En 2011, un modèle de plaquettes en plastique mis au point par l'ONCFS devrait être produit en grande quantité et permettre la visualisation de nombreuses clôtures dangereuses.